Asthme et Ostéopathie

Asthme et Ostéopathie

L’asthme est une maladie broncho-pulmonaire obstructive de type inflammatoire.

L’asthme est caractérisé par une obstruction bronchique réversible et une hyper réactivité bronchique.

L’inflammation rend les voies aériennes sensibles à des stimuli tels que les allergènes, les irritants chimiques, la fumée de tabac, l’air froid ou l’exercice. Elle provoque des épisodes récidivants de toux, sifflements, difficultés respiratoires.

Quand les voies aériennes sont exposées aux stimuli, elles peuvent se contracter, s’œdématier, se remplir de mucus et progressivement se remodeler. Cela conduit à une réduction du diamètre des bronches. L’obstruction bronchique qui en résulte est réversible spontanément ou avec l’aide d’un traitement.

asthme bronche

Comment reconnaître une crise d’asthme?

La durée et l’intensité de la crise varient d’une personne à l’autre et les symptômes ressentis sont eux aussi variables.

Un ou plusieurs des signes suivant peuvent être ressentis:

  • Gêne respiratoire survenant rapidement. La respiration devient pénible, notamment à l’expiration.
  • Sensation d’étouffement, d’oppression, l’air sort difficilement des poumons.
  • Toux sèche.
  • Sifflement au moment de l’expiration.

Les crises d’asthmes peuvent durer de quelques minutes à quelques heures et sont plus fréquentes la nuit et au petit matin.

Comment l’ostéopathie peut aider les asthmatiques?

L’ostéopathie à pour but de diminuer la fréquence des crises, diminuer l’intensité des crises, supprimer les symptômes liés à la pathologie, améliorer le quotidien, apporter un confort physique et mental aux patients souffrant d’asthme chronique.

Les techniques ostéopathiques , dans le traitement de l’asthme, visent à accroitre la décontraction et la mobilité des muscles inspiratoires et expiratoires afin d’augmenter la capacité vitale et la mobilité de la cage thoracique et améliorer la mobilité diaphragmatique.

L’ostéopathie peut donc aider à maximiser le mouvement respiratoire thoracique, diminuer l’effet négatif des réflexes somato-viscéraux et contribuer à l’amélioration de la fonction respiratoire.

Quelques conseils:

Dans le cas de suspicion de crise d’asthme, consulter rapidement votre médecin généraliste afin qu’il puisse établir le diagnostic.

Dans le cas où l’asthme a déjà été diagnostiqué:

  • Toujours avoir son traitement médical à portée de main.
  • Arrêter de fumer car l’acte de fumer entraine un bronchospasme d’une vingtaine de minutes et une irritation de la muqueuse bronchique par le goudron et les vapeurs de charbon.
  • Ne pas fumer à coté d’un enfant asthmatique pour les mêmes raisons que celles citées précédemment.
  • Pratiquer une activité sportive régulière avec une phase d’échauffement progressive. Elle va renforcer les muscles respiratoires. Les sports d’endurance sont les plus conseillés: marche, course à pied, natation, vélo…
  • Se protéger du stress. On sait que la survenue d’une crise d’asthme est le reflet d’une tension nerveuse, donc tout ce qui permettra d’éviter le stress sera recommandé: sophrologie, activité sportive, yoga, relaxation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *